La gastronomie

Par Giacomgastronomieo Ferron –

La gastronomie à Barcelone est très différente de celle que l’on connait en Amérique du nord. La nourriture est moins grasse et plus souvent de meilleure qualité pour le prix. Par exemple, le vinaigre balsamique …..que l’on peut trouver dans une salade est souvent plus âgé, ce qui lui donne un gout plus sucré et une texture onctueuse. Tandis qu’au Canada, rares sont les salades de petits restaurants qui ont ce genre de petites subtilités agréables, évidement à cause du prix pour la qualité des aliments qui est plus élevé.

À chaque coin de rue, il y a toujours un petit café vendant des sandwichs de tout genres, différents classiques pâtissiers de la région et autre nourriture fraîchement préparée.

On trouve à Barcelone une cuisine métissée et savoureuse, qui ne craint pas de mélanger le sucré et le salé, le miel, la cannelle, les amandes, les pignons et les fruits secs. La charcuterie est souvent âpre et vigoureuse. Souvent, à l’entrée des restaurants, en guise de décoration, on peut voir de grosses pièces de viande séchées et suspendues. Nous avons pu aussi bénéficier d’un grand choix de vins rouges, rosés et blancs d’excellent rapport qualité/prix dans toutes les catégories.

Dans la culture et cuisine catalane on compte, en général, cinq repas par jour :

Le petit déjeuner, café ou lait chocolaté avec une viennoiserie ou avec un petit sandwich, quand on se lève. À environ 11 h on se prend une petite pause pour prendre un deuxième café accompagné de quelque chose à croquer. Le déjeuner est vers 13 h, autour d’une table. Le petit goûter vers 17 h. En Catalogne, on ne dîne pas avant 20 h, et on peut toujours faire un tour aux restaurants à 22 h. De plus en plus, ce repas est plus léger que celui du midi, parfois un seul plat et dessert.

Naturellement, le groupe n’a pas exactement suivi cette coutume, mais le fait de manger un repas de moins en moins calorique au cours de la journée est une excellente habitude. On a pu remarquer que le taux d’obésité était très bas, voilà un grand contraste par rapport à l’Amérique.

 

 

À propos de martineberger